MENSONGES ET MANIPULATION

19 mars 2018

SINCE THE EARLY 1940s, THE US GOVERNMENT DO KNOW THE EXISTENCE OF ALIENS AND THEIR INTERPLANETARY SHIPS.

 

 SINCE THE EARLY 1940s, BOTH US GOVERNMENT AND USAF DO KNOW

THE EXISTENCE OF ALIENS AND THEIR INTERPLANETARY SHIPS.

DEPUIS LE DEBUT DES ANNEES 40, LE GOUVERNEMENT AMERICAIN ET L'US AIR FORCE CONNAISSENT L'EXISTENCE DES ALIENS ET LEURS ENGINS INTERPLANETAIRES

Declassified documents - top secret

 

Official documents

https://www.ancient-code.com/wp-content/uploads/2015/11/oppenheimer_einstein.pdf

 

Rewriting here below and french translation at the end of page

Retranscription ci-dessous et traduction française en fin de page

 

DRAFT June 1947

Relationships with Inhabitants of Celestial Bodies

 

Relationships with extraterrestrial men presents no basically new problem from the standpoint of international law; but the possibility of confronting intelligent beings that do not belong to the human race would bring up problems whose solution it is difficult to conceive.

In principle, there is no difficulty in accepting the possibility of coming to an understanding with them, and of establishing all kinds of relationships. The difficulty lies in trying to establish the principles on which these relationships should be based.

In the first place, it would be necessary to establish communication with them through some language or other, and afterwards, as a first condition for all intelligence, that they should have a psychology similar to that of men.

At any rate, international law should make place for a new law on a different basis, and it might be called "Law Among Planetary Peoples," following the guidelines found in the Pentateuch. Obviously, the idea of revolutionizing international law to the point where it would be capable of coping with new situations would compel us to make a change in its structure, a change so basic that it would no longer be international law, that is to say, as it is conceived today, but something altogether different, so that it could no longer bear the same name.

If these intelligent beings were in possession of a more or less culture, and a more or less perfect political organization, they would have an absolute right to be recognized as independent and sovereign peoples, we would have to come to an agreement with them to establish the legal regulations upon which future relationships should be based, and it would be necessary to accept many of their principles.

Finally, if they should reject all peaceful cooperation and become an imminent threat to the earth, we would have the right to legitimate defense, but only insofar as would be necessary to annul this danger.

*****

Another possibility may exist, that a species of homo sapiens might have established themselves as an independent nation on another celestial body in our solar system and evolved culturally independently from ours. Obviously, this possibility depends on many circumstances, whose conditions cannot yet be foreseen. However, we can make a study of the basis on which such a thing might have occurred.

In the first place, living conditions on these bodies let’s say the moon, -or the planet Mars, would have to be such as to permit a stable, and to a certain extent, independent life,from an economic standpoint. Much has been speculated about the possibilities for life existing outside of our atmosphere and beyond, always hypothetically. and there are those who go so far as to give formulas for the creation of an artificial atmosphere on the noon, which undoubtedly have a certain scientific foundation, and which may one day come to light.

Lets assume that magnesium silicates on the moon may exist and contain up to 13 per cent water. Using energy and machines brought to the moon, perhaps from a space station, the rooks could be broken up, pulverized, and then backed to drive off the water of crystallization. This could be collected and then decomposed into hydrogen and oxygen, using an electric. current or the short wave radiation of the sun. The oxygen could be used for breathing purposes; the hydrogen night be used as a fuel.

In any case, if no existence is possible on celestial ' bodies except for enterprises for the exploration of their natural riches, with a continuous interchange of the men who work on them, unable to establish themselves there indefinitely and be able to live isolated life, independence will never take place.

Now we come to the problem of determining what to do if the inhabitants of celestial bodies, or extraterrestrial biological entitles (EBE) desire to settle here.

1. If they are politically organized and possess a certain culture similar to our own, they may be recognized as a independent people. They could consider what degree of development would be required on earth for colonizing.

2. If they consider our culture to be devoid of political unity, they would have the right to colonize. Of course, this colonization cannot be conducted on classic lines.

A superior form of colonizing will have to be conceived, that could be a kind of tutelage, possibly through the tacit approval of the United Nations. But would the United Nations legally have the right of allowing such tutelage over us in such a fashion?

a) Although the united Nations is a international organization have no right of tutelage, since its domain does not extend beyond relationships between its members. It would have the right to intervene only if the relationships of a member nation with a celestial body affected another member nation with an extraterrestrial people is beyond the domain of the United Nations, But if those relationships entailed a conflict with another member nation, the United Nations would have the right to intervene

(b) If the United Nations were a supra-national organization, there is no doubt that it would have competency to deal with all problems related to extraterrestrial peoples. Of course, even though it is merely an international organization, it could have this competence if its member states would be willing to recognize it.

It is difficult to predict what the attitude of international law will do with regard to the occupation by celestial peoples of certain locations on our planet, but the only thing that can be foreseen is that there will be a profound change in traditional concepts.

We cannot exclude the possibility that a race of extraterrestrial people more advanced technologically and economically may take upon itself the right to occupy another celestial body. How, then, would this occupation come about?

1. The idea of exploitation by one celestial state would be rejected, they may think it would be advisable to grant it to all others capable of reaching another celestial body. But this would be to maintain a situation of privilege for these states.

2.The division of a celestial body into zones and the distribution of them among other celestial states.

This would present the problem of distribution. Moreover, other celestial states would be deprived of the possibility of owning an area, or if they were granted one it would involve complicated operations.

3. Indivisible co-sovereignty, giving each celestial state the right to make whatever use is most convenient to its interests, independently of the others. This would create a situation of anarchy, as the strongest one would win out in the end.

4. A moral entity? The most feasible solution it seem would be this one, submit an agreement providing far the peaceful absorption of a celestial race(s) in such a manner that our culture would remain intact with guarantees that their presence not be revealed.

Actually, we do not believe it necessary to go that far. It would merely be a natter of internationalizing celestial peoples, and creating an international treaty instrument preventing exploitation of all nations belonging to the United Nations.

*****

Occupation by states here on earth, which has lost all interest for international law, since there were no more res nullius (nobody’s thing) territories, is beginning to regain all its importance in cosmic international law.

 

Occupation consists in the appropriation by a state of res nullius.

 

Until the last century, occupation was the normal means of acquiring sovereignty over territories, when explorations made possible the discovery of new regions, either inhabited or in an elementary state of civilization.

The imperialist expansion of the states came to an end with the end of regions capable of being occupied, which have now been drained from the earth and exist only in interplanetary space, where the celestial states present new problems.

Res nullius is something that belongs to nobody such as the moon. In international law a celestial body is not subject to the sovereignty of any state is considered res nullius.

If it could be established that a celestial body within our solar system such as our moon was, or is occupied by another celestial race, there could be no claim of res nullius by any state on earth (if that state should decide in the future to send explorers to lay claim to it). It would exist as res communis (common thing), that is that all celestial states have the same rights over it.

*****

And now to the final question of whether the presence of celestial astroplanes in our atmosphere is a direct result of our testing atomic weapons?

The presence of unidentified space craft flying in our atmosphere (and possibly maintaining orbits about our planet) is now, however, accepted by our military.

On every question of whether the United States will continue testing of fission bombs and develop fusion devices (hydrogen bombs),or reach an agreement to disarm and the exclusion of weapons that are too destructive, with the exception of chemical warfare, on which, by some miracle we cannot explain, an agreement has been reached, the lamentations of philosophers, the efforts of politicians, and the conferences of diplomats have been doomed to failure and have accomplished nothing.

The use of the atomic bomb combined with space vehicles poses a threat on a scale which makes it absolutely necessary to come to an agreement in this area. With the appearance of unidentified space vehicles (opinions are sharply divided as to their origin) over the skies of Europe and the United States has sustained an ineradical (ineradicable) fear, an anxiety about security, that is driving the great powers to make an effort to find a solution to the threat.

Military strategists foresee the use of space craft with nuclear warheads as the ultimate weapon of war. Even the deployment of artificial satellites for intelligence gathering and target selection is not far off. The military importance of space vehicles, satellites as well as rockets is indisputable, since they project war from the horizontal plane to the vertical plane in its fullest sense. Attack no longer comes from an exclusive direction, nor from a determined country, but from the sky, with the practical impossibility of determining who the aggressor is, how to intercept the attack, or how to effect immediate reprisals.

These problems are compounded further by identification. How does the air defense radar operator identify, or more precisely, classify his target?

At present, we can breath a little easier knowing that slow moving bombers are the mode of delivery of atomic bombs that can be detected by long-range early warning radar.

But what do we do in lets say ten years from now? When artificial satellites and missiles find their place in space, we must consider the potential threat that unidentified space craft pose. One must consider the fact that mis-identification of these space craft for a intercontinental missile in a re-entry phase of flight could lead to accidental nuclear war with horrible consequences.

Lastly, we should consider the possibility that our atmospheric tests of late could have influenced the arrival of celestial scrutiny. They could have been,curious or even alarmed by such activity (and rightly so, for the Russians would make every effort to observe and record such tests).

In conclusion, it is our professional opinion based on submitted data that this situation is extremely perilous, and measures must be taken to rectify a very serious problem are very apparent. ,

 

Respectfully,

/s/\ Robert Oppenheimer

Dr. J.Robert Oppenheimer (picture added)

Director of Advanced Studies

Princeton, New Jersey

 

 

 

 

 

 

Albert Einstein/s/

Professor Albert Einstein (picture added)

Princeton, New Jersey

 

 

 

 

 

Myself and Marshall have read this and I must admit there is some logic.

But I hardly think the President will consider it for the obvious reasons I understand Oppenheimer approached Marshall while they attended ceremony at. As I understand it Marshall rebuffed the idea of Oppenheimer discussing this with the President.

I talked to Gordon(?), and he agreed.

 

 V B 

Vannevar Bush

Vannevar Bush (Picture added)

Documents Officiels 

https://www.ancient-code.com/wp-content/uploads/2015/11/oppenheimer_einstein.pdf

 

Traduction française

 

documents Declassifies - top secret

 

TOP SECRET

 

Projet juin 1947

Relations avec les habitants de corps célestes

 

Les relations avec des hommes extraterrestres ne représentent aucun problème fondamentalement nouveau du point de vue du droit international. Cependant, la possibilité d’être confronté à des êtres intelligents qui n’appartiennent pas à la race humaine entraînerait des problèmes dont les solutions sont difficiles à concevoir.

En principe, il n’existe aucune difficulté à accepter qu’il soit possible d’arriver à une entente avec eux et à l’établissement de toutes sortes de relations et la difficulté réside dans la recherche de principes sur lesquels cette relation pourrait être fondée.

En premier lieu, il serait nécessaire d’établir une forme de communication avec eux grâce à un langage (commun) puis, comme préalable à toute forme de compréhension, ils devraient posséder une psychologie similaire à celle des hommes.

En tout état de cause, les lois internationales devraient céder la place à une loi nouvelle, fondée sur des principes différents et qui pourrait se nommer « loi parmi les peuples planétaires », suivant des indications trouvées dans le Pentateuque.

De toute évidence, l’idée de révolutionner la loi internationale jusqu’au point où elle serait capable de faire face à des situations aussi nouvelles nous obligerait à effectuer une modification de sa structure, une modification si fondamentale qu’elle ne serait plus une loi internationale telle que nous la concevons aujourd’hui mais une chose totalement différente, qui ne pourrait plus porter le même nom.

Si ces êtres intelligents possédaient une sorte de culture, une organisation politique plus ou moins parfaite, ils auraient le droit absolu d’être reconnus comme des peuples indépendants et souverains et nous devrions arriver à un accord avec eux afin d’établir les règlements ou des lois sur lesquels nos relations futures seraient fondées. Pour ce faire, il serait nécessaire d’accepter un bon nombre de leurs principes.

Finalement, s’ils devaient rejeter toute forme de coopération pacifique, nous aurions le droit à une légitime défense, mais seulement dans la mesure nécessaire à l’annulation de ce danger.

Une autre éventualité peut se présenter, celle qu’une espèce d’Homo-sapiens ait pu s’établir en tant que nation indépendante sur un autre corps céleste de notre système solaire et ait connu une évolution culturelle indépendante de la nôtre.

De toute évidence, cette possibilité dépendrait de nombreuses circon-stances, dont les conditions ne peuvent pas être prévues.

Néanmoins, nous pouvons étudier les fondements théoriques ayant pu permettre qu’une telle chose se produise. En premier lieu, les conditions de vie sur des corps célestes tels que la Lune ou la planète Mars devraient permettre une vie stable et jusqu’à un certain point indépendante dans le domaine économique.

On a beaucoup spéculé, de façon purement théorique, sur la possibilité que la vie existe en dehors de notre atmosphère et au-delà; certains vont jusqu’à donner la formule pour créer une atmosphère artificielle sur la Lune, ce qui, sans aucun doute, possède une sorte de fondement scientifique et qui pourrait effectivement voir le jour.

Supposons qu’il existe sur la Lune des silicates de manganèse qui puissent contenir jusqu’à 13 % d’eau. En utilisant de l’énergie et des machines amenées sur la Lune, peut-être en passant par une station spatiale, les rochers pourraient être brisés, puis pulvérisés pour enfin livrer l’eau contenue dans les cristaux. Elle pourrait être décomposée en hydrogène et en oxygène en utilisant un courant

électrique ou des radiations ultracourtes en provenance du Soleil.

L’oxygène pourrait servir à la respiration, l’hydrogène de carburant. En tout état de cause, si aucune existence n’est possible sur un corps céleste excepté pour des entreprises d’exploitation de leurs richesses naturelles, avec un renouvellement continuel des hommes qui y travaillent, faute de s’y établir définitivement et d’y vivre en autarcie, l’indépendance ne sera jamais réalisée.

Nous abordons maintenant le problème concernant la conduite à tenir si des habitants de corps célestes ou des entités biologiques extraterrestres (EBE) désirent s’établir sur Terre.

1. S’ils sont politiquement organisés et possèdent une certaine culture similaire à la nôtre, ils pourraient être reconnus comme unpeuple indépendant. Ils pourraient considérer quel niveau de développement serait requis sur Terre pour une colonisation.

2. S’ils considèrent que notre culture ne possède aucune unité politique, ils auraient le droit de coloniser. Bien entendu, une telle entreprise ne pourrait pas être conduite en utilisant des critères classiques.

Une forme supérieure de colonisation pourrait être imaginée comme une sorte de tutelle, rendue possible par l’approbation tacite des Nations unies. Mais les Nations unies auraient-elles le droit légal d’autoriser notre mise sous tutelle dans ces termes?

(a) Bien que les Nations unies soient une organisation internationale, elles n’ont pas, sans aucun doute, le moindre droit de décider d’une mise sous tutelle, dans la mesure où leur juridiction ne va pas au-delà des relations entre les États membres. Elles auraient le droit d’intervenir seulement si les relations d’un État membre avec un corps céleste affectaient les relations d’un autre État membre avec un peuple céleste, mais ce type d’action dépasserait le domaine de juridiction des Nations unies. Toutefois, si ces relations impliquaient un conflit avec un autre État membre, les Nations unies pourraient intervenir de plein droit.

(b) Si l’organisation des Nations unies était une organisation supranationale, elle aurait la compétence pour traiter de tous les problèmes concernant les peuples extraterrestres. Bien entendu, bien qu’elle ne soit qu’une organisation internationale, elle pourrait acquérir cette compétence si les États membres se mettaient d’accord pour la lui reconnaître.

Il est difficile de prédire ce que seraient les conclusions d’une loi internationale en ce qui concerne l’occupation par des peuples célestes de certains lieux sur notre planète, et la seule chose qui peut être prédite est qu’elle entraînerait de profonds changements dans nos conceptions traditionnelles.

Nous ne pouvons pas exclure la possibilité qu’une race d’êtres extraterrestres plus avancée que nous technologiquement et économiquement s’arroge le droit d’occuper un autre corps céleste.

Comment, dans une telle éventualité, une occupation pourrait-elle advenir?

1. Le concept de l’exploitation par un État céleste serait rejeté. Il pourrait sembler souhaitable d’en donner la licence à tous ceux qui seraient capables d’atteindre un autre corps céleste. Mais cette solution maintiendrait une situation de privilège pour ces États.

2. La division d’un corps céleste en zones et la répartition de celles-ci entre d’autres États célestes. Cette solution poserait un problème de répartition. En outre, d’autres États célestes seraient privés de la possibilité de posséder un territoire, ou, s’ils en recevaient un, cela impliquerait des opérations compliquées.

3. Une souveraineté commune indivisible donnant à chaque État céleste le droit de l’utiliser librement pour servir ses intérêts, indépendamment des autres. Cette solution créerait une situation d’anarchie, où le plus fort finirait par gagner.

4. Une entité morale ? Il semble que la solution la plus faisable serait celle-ci: proposer un accord prévoyant l’intégration pacifique d’une ou plusieurs races extraterrestres de telle façon que notre culture demeure intacte et que leur présence ne soit pas révélée.

En fait, nous ne croyons pas qu’il serait nécessaire d’aller aussi loin. Il suffirait d’internationaliser les peuples célestes et de créer l’instrument d’un traité international interdisant l’exploitation par qui que ce soit des nations appartenant aux Nations unies.

L’occupation d’un territoire par des États, qui ne présentait plus aucun intérêt pour la loi internationale dans la mesure où il n’existait plus de territoires

res nullius, connaît un regain d’importance en loi cosmique internationale.

L’occupation consiste en l’appropriation par un État d’un territoire res nullius.

Jusqu’au siècle dernier, l’occupation était un moyen normal d’acquérir la souveraineté sur des territoires, quand l’exploration permettait la découverte de nouvelles régions, soit inhabitées, soit dans un état élémentaire de civilisation.

L’expansion impérialiste des États se termina quand aucune région (de la Terre) ne fut plus disponible. Il n’en existe plus que dans l’espace interplanétaire, où les États célestes posent de nouveaux problèmes.

Res nullius est une chose, telle que la Lune, qui n’appartient à personne.En droit international, un corps céleste qui n’est l’objet d’aucune souveraineté par un État est considéré comme res nullius.

Si l’on pouvait établir qu’un corps céleste appartenant au système solaire, tel que notre Lune, était ou est occupé par une autre race extraterrestre, aucune déclaration de res nullius par un État terrestre ne serait recevable (si un État décidait dans le futur d’envoyer des explorateurs et d’en réclamer la possession). Si elle existait en tant que res nullius, tous les autres États célestes auraient sur elle les mêmes droits.

Nous abordons maintenant la question finale : la présence d’astroplanes dans notre atmosphère est-elle le résultat direct de nos essais d’armes atomiques ?

La présence d’engins spatiaux non identifiés volant dans notre atmosphère (et se maintenant peut-être en orbite autour de notre planète) est désormais acceptée comme un fait par nos militaires.

Sur la question de savoir si les États-Unis continueront d’essayer des bombes à fission et développeront des engins à fusion (bombes à hydrogène) ou bien seront d’accord pour un désarmement et l’exclusion des armes trop destructives, avec l’exception de la guerre chimique où, par un miracle que nous ne pouvons expliquer, un accord a été trouvé, les lamentations des philosophes, les efforts des politiciens et les conférences des diplomates ont été voués à l’échec et n’ont rien accompli.

L’utilisation de la bombe atomique combinée avec des véhicules spatiaux représente une menace d’une telle ampleur qu’il est absolument nécessaire d’arriver à un accord dans ce domaine. La présence de véhicules spatiaux non identifiés (les opinions sont très contrastées quant à leur origine) dans les espaces aériens d’Europe et des États-Unis a maintenu une peur impossible à éradiquer et une anxiété quant à la sécurité, qui poussent les grandes puissances à trouver une solution à cette menace.

Les stratèges militaires prévoient l’utilisation d’engins spatiaux possédant des têtes nucléaires comme ultime arme de guerre. Même le déploiement de satellites artificiels pour l’espionnage et pour la sélection de cibles n’est plus très éloigné.

L’importance militaire des véhicules spatiaux, satellites aussi bien que fusées, est indiscutable, dans la mesure où ils projetteront la guerre du plan

horizontal au plan vertical dans son sens le plus complet. L’attaque ne viendra plus d’une direction exclusive ni d’un pays déterminé, mais du ciel, avec l’impossibilité pratique de déterminer qui est l’agresseur, comment intercepter l’attaque ou comment déclencher des représailles immédiates.

Ces problèmes sont aggravés par celui de l’identification. Comment l’opérateur radar pourra-t-il identifier, ou plus précisément classer, sa cible?

Aujourd’hui, nous pouvons respirer un peu plus facilement en sachant que les seuls véhicules capables de transporter des bombes atomiques sont des bombardiers assez lents qui peuvent être détectés très tôt par des radars à longue portée.

Mais que ferons-nous, disons dans dix ans ? Quand des satellites artificiels et des missiles trouveront leur place dans l’espace, nous devons considérer la menace potentielle que posera la présence d’engins spatiaux non identifiés.

Nous devons considérer le fait que la confusion entre un engin spatial (inconnu) et un missile intercontinental en phase de rentrée dans l’atmosphère pourrait conduire à une guerre nucléaire accidentelle avec ses horribles conséquences.

Finalement, nous devrions considérer la possibilité que nos essais (atomiques) récents dans l’atmosphère aient pu influencer l’arrivée d’obser-vateurs célestes. Ils pourraient avoir été surpris ou alarmés par une telle activité (et à juste titre, car les Russes tentent eux aussi d’observer et d’enregistrer ces essais).

En conclusion, notre opinion professionnelle, fondée sur les informations qui nous ont été soumises, est que la situation est extrêmement périlleuse et que des mesures évidentes doivent être prises pour remédier à ce problème.

Respectueusement,

 

 Robert Oppenheimer/Signature/

 

Dr J. Robert OPPENHEIMER (Photo ajoutée)

Directeur des Études avancées de Princeton,

New Jersey

 

 

 

 

 

Albert Einstein/Signature/

 

Pr Albert EINSTEIN

Princeton, New Jersey

 

 

 

 

 

 

 

Moi-même et Marshall avons lu ce texte et je dois admettre qu’il fait preuve d’une certaine logique. Mais j’ai du mal à croire que le président le prendra en considération, pour des raisons évidentes. Je crois savoir qu’Oppenheimer a approché Marshall pendant qu’ils assistaient à une cérémonie à. J’ai cru comprendre que Marshall a rejeté l’idée qu’Oppenheimer en parle avec le président. J’ai parlé à Gordon[?] et il était d’accord.

 

 V. B.

 Vannevar Bush

Vannevar Bush (Photo ajoutée)

Plus de 3/4 de siècle de secret, de mensonges et de manipulation.

Une multitude de documents Top Secret déclassifiés quant à la connaissance du

gouvernement américain et de l'U.S. Air Force de la visite de nos voisins de l'espace

dans le livre de Jean-Gabriel Gresle, pilote formé à l'USAF et qui est entré à

Air France en 1953. La Genèse d'un secret d'Etat

 

Pas de Dieu ni de dieux, de Christ, d'Anges, de Mages, de Créateur Qui n'a jamais dit quoi que ce soit mais des êtres bien vivants, de chair et de sang, parfois comme vous et moi, parfois différents, que les anciens ont baptisés "dieux" mais qui n'en sont guères. Ils sont venus d'autres mondes, nous ont "améliorés" à Leur image et parcourent les galaxies dans leurs extraordinaires machines volantes.

Pas de Créateur mais La Création qui est La Force, l'Energie Universelle qui a placé là où il faut tout ce qui nous entoure. Qui pourrait vivre des milliards d'années en le nommant "IL".

Posté par Pat Burns à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire