MENSONGES ET MANIPULATION

23 octobre 2016

"En Occident , vous êtes dans le déni" (Boualem Sansal)

blogger
EnglishEnglishespañolItalianobloggerdeutschPortuguês
Oversæt denne side til danskÖversätt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語blogger한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska

 

Boualem SansalBoualem Sansal :

«L'ordre islamique tente progressivement de s'installer en France; les attentats sont le signe que l'islamisation se propage. Le problème, c'est que les islamistes se développent à la vitesse grand V, alors que nous ne nous développons pas, puisqu'on ne cherche à convertir personne».

 

Né en 1949, Boualem Sansal est un romancier et essayiste algérien et possède une formation d'ingénieur ainsi qu'un doctorant en économie. Il fut également, à une certaine époque, enseignant et haut fonctionnaire mais fut licencié en raison de ses positions très critiques envers le pouvoir et bien entendu, on ne badine pas avec le pouvoir, encore moins lorsqu'il est arabe.

Pour pouvoir présenter son dernier roman " 2084:La fin du Monde" au public néerlandophone, invité par Passa Porta, M. Sansal était présent à Bruxelles cette semaine d'octobre 2016. Régulièrement menacé par les Islamistes mais n'acceptant pas l'inverse, l'écrivain a choisi de continuer à vivre dans son pays d'origine, l'Algérie.

"Vous savez, il y a dix, quinze ans, partir vivre à Paris, Bruxelles, Berlin, permettait d'échapper à cette menace. Aujourd'hui, je peux tout autant me faire tuer aussi...Le djihadisme actuel n'est plus national mais transnational. Le monde est leur terrain d'action".

Il ajoute: "En occident, on est lent à la détente. L'islamisme a toujours vécu en Occident mais seulement à la périphérie, dans les banlieues, là où c'était caché. Or, finalement, ce que je ne suis pas arrivé à faire en quinze ans, en tirant les sonnettes d'alarme, les événements l'ont réussi".

"..Vous savez, il existe deux problèmes. D'une part, l'islamisme radicalisé, le terrorisme qui, lui, est pris en charge par les services de sécurité et d'autre part, quelque chose qui échappe à tout le monde, et c'est ça qui inquiète: l'islamisation. C'est quelque chose qu'on ne voit pas mais qui se propage. Et ce n'est traité nulle part. Autrefois, les guerres de religion ne faisaient par les armes, aujourd'hui, il s'agit d'idées qui circulent dans les livres, sur le Net. C'est une équation totalement nouvelle. Nous l'avons vécu en Algérie: au départ nous sommes certes un pays musulman, mais avec un islam très "light" . A un certain moment, nous avons constaté un changement: des filles de plus en plus couvertes, des mosquées qui fleurissent alors qu'avant les gens faisaient la prière chez eux. Le commerce aussi a commencé à changer: tout est devenu halal. J'avais l'habitude d'aller prendre ma bière à la terrasse d'un certain bar, puis il a fermé, le suivant également. Au restaurant, on ne sert plus de vin. Quand vous mangez avec une dame, on vous demande même si c'est bien votre femme. Si ce n'est qu'une amie, vous êtes priés de partir, car la police pourrait arriver...

Et pour la Belgique et la France? " Mais c'est déjà comme cà dans certaines banlieues! ...En Algérie, quand l'islamisme est arrivé, je ne m'y suis pas opposé. Je me disais que ces gens étaient libres. Le problème, c'est qu'eux (les islamistes) se développent à la vitesse grand V, alors que nous, on ne se développe pas, puisqu'on ne cherche à convertir personne. Ils représentaient 1% de la population et en quelques années, ils sont devenus majoritaires. Nous avons cédé sur tout, puis ils ont commencé à nous tuer. Daesh, c'est ça: soit vous rentrez dans notre modèle culturel, soit nous vous éliminons d'une manière ou d'une autre... c'est l'islamiste qui instrumentalise sa religion, qui veut imposer son modèle à tous, pas le musulman! ...l'islamisme est financé par l'Arabie Saoudite mais aussi par les pays du Maghreb. Là, c'est un problème.

Source Le Soir

Bref, il est grand temps que l'Europe se réveille...s'il n'est déjà pas trop tard.

Posté par Pat Burns à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire